Nous ne sommes pas des anges, nous ne sommes pas grand chose en fait

Dans la catégorie: Watching TV — kwyxz le 24/01/05 à 20:24

La semaine dernière, on a pu assister sur Canal+ à un débat sur le téléchargement de la musique sur Internet. Ledit débat (disponible en http, mms ici et ici ou bien encore ed2k) opposait mon ami de toujours l’innénarrable Pascal Nègre, l’innocente victime des vilains méchants pirates, à Jean-Baptiste Soufron, juriste et membre de l’association des Audionautes et Marie-Christine Levet présidente de l’Association de Fournisseurs d’Accès.

Avant de voir l’émission, j’étais plutôt content. Enfin, quelqu’un allait claquer le beignet à Nègre ! Depuis le temps que je l’entends raconter ses conneries à droite et à gauche sur l’Internet et le haut débit qui tuent les malheureux producteurs de disque, sur les ventes de CD qui se pètent la gueule à cause du piratage, sur le vilain méchant État qui ne veut pas baisser la TVA, et personne n’osait rien lui répondre !

Eh bien force est de constater que c’est raté. Je me demande un peu ce que donne la version complète de l’émission, non montée, parce que là, c’est vraiment pas terrible. Résumons:

– Jean-Baptiste Soufron, juriste de l’association des Audionautes, commence par dire qu’on a le droit de copier des CDs (ce qui est vrai, au titre de la copie privée), de copier des cassettes (toujours vrai), de s’échanger des films (là le premier couac arrive). L’échange hors du cercle de la famille est strictement interdit par le droit d’auteur. Le cercle de la famille, c’est une notion très vague, qui couvre parents, enfants, qui couvre déjà un peu moins les cousins et qui ne couvre absolument pas kiddie92 rencontré sur IRC. Cette clause est spécifiée sur n’importe quel disque musical ou DVD actuellement sur le marché, j’en prends un au hasard sur l’étagère à ma droite, et je lis : L’oeuvre fixée sur ce support est exclusivement destinée à l’usage privé dans le cadre du cercle familial. Toute autre utilisation (reproduction, prêt, échange, diffusion en public, avec ou sans perception de droit d’entrée, télédiffusion, en partie ou en totalité, exportation sans autorisation) est strictement interdite, sous peine de poursuite judiciaire. Ça semble pourtant clair. Soufron, juriste, ne peut pas ignorer ça. Il bluffe, donc, ou au pire, il ment.

– Nathalie, chroniqueuse de l’émission parle de l’industrie cinématographique et explique que les téléchargements de films se sont intensifiés avec le haut-débit. Rien à redire là-dessus, c’est une évidence. Elle explique les précautions prises par les majors pour les projections, et ajoute que l’absence d’une vraie solution légale de téléchargement de films n’aide pas. Pascal Nègre s’offusque qu’on lui demande combien de DivX il a, et joue la vierge effarouchée. Il explique que l’internaute de nos jours a le choix entre l’offre légale et le pirate pour le téléchargement. Je voudrais qu’il vienne me montrer comment je fais pour utiliser n’importe quelle plateforme légale sur mon PC sous Linux avec mon Firefox. Pour obtenir un mp3 lisible partout, dans un format que je peux transfèrer facilement sur mon baladeur mp3. Bizarrement, personne ne lui a fait cette remarque.

– La chroniqueuse reprend la parole et balance à la tête de Nègre que malgré l’explosion des téléchargements de films sur Internet, il y a eu cette année +10% de fréquentation des salles de cinéma, et +70% de ventes de DVD. C’est probablement la remarque la plus intelligente qui lui sera adressée lors de cette émission. Nègre est décontenancé un moment mais a déjà une réponse toute prête.

– Lorsque Nègre commence à dire que le cinéma va suivre la même pente descendante, Soufron lui oppose que l’argument avait été utilisé lors de la sortie des VHS. Nègre tente de le coincer sur son âge “vous n’aviez que 5 ans quand ça a été lancé les VHS !”, argument pathétique et bien digne du personnage. Soufron ajoute que la musique à la radio n’a pas détruit l’industrie de la musique, mais il n’est finalement pas très convaincant et donne plutôt l’impression de vouloir interrompre son interlocuteur plus qu’autre chose.

– Nègre feint l’étonnement “les ventes de disques commencent à baisser l’année où le haut-débit explose !”. Personne ne réagit. Quelle dommage, il y en avait tant, à dire, notamment que l’augmentation de 70% des ventes de DVD ne venait certainement pas d’une augmentation de 70% du pouvoir d’achat des foyers, et qu’elle pourrait expliquer une bonne partie de la baisse des ventes de disques que Nègre va ensuite marteller: -30% selon lui.

– Marie-Christine Levet dit qu’il est “un peu facile” d’accuser Internet, et dit que le disque coûte cher à 20 Euros. Nègre s’insurge et feint la stupéfaction : “le prix moyen d’un CD aujourd’hui, c’est pas 20 Euros, c’est 11 Euros 50”. La phrase de trop: tous les contributeurs autour de la table manifestent leur désapprobation. Je me demande s’il n’a pas compté le prix des Singles dans l’affaire, parce que même avec des ventes de fond de catalogue à 9 Euros on est très loin des 11 Euros 50. Nègre ajoute que les nouveautés sont plutôt à 15 Euros, pour vérifier cette affirmation je me rends sur le site de la Fnac à la page Disques – Nouveautés et comme je ne suis pas chien je fais le calcul du prix moyen des disques affichés sur les 2 premières pages. Résultat: 16.87, on est donc beaucoup plus proche des 17 Euros que des 15. Je suis fan de Pearl Jam, je vais afficher la liste des disques proposés par le site et, oh surprise, que vois-je ? Le moins cher des albums est à 13.87 Euros, et si je fais une moyenne vu la quantité de lives à 23 Euros je dois pas mal me rapprocher des 20 Euros. On est loin des 11 Euros 50 de moyenne. Bref, il raconte n’importe quoi sur les tarifs. Dommage que personne ne lui ait reparlé de la baisse de la TVA que les majors réclament à tous vents mais qu’ils ne répercutent pas intégralement quand elle leur est accordée.

– Vient ensuite un reportage sur le jeune porte-parole de l’association des Audionautes, Aziz, 16 ans, de Saumur. Lequel présente le dernier disque qu’il a téléchargé, l’album de Black Eyed Peas, qui coute 21.90 Euros dans le commerce (soit 10.40 de plus que le prix moyen selon Saint Pascal, quelle surprise). Aziz montre l’album d’Eminem, disant qu’il l’a téléchargé mais qu’il voudrait l’acheter, pour avoir l’objet, la pochette. Suit une démo d’eMule. Et suit le bon gros discours de mauvaise foi qui vient un peu foutre par terre le joli travail entamé depuis le début de l’émission. “Je ne suis pas un pirate, je suis un audionaute (…) pour moi les téléchargements de musique sur Internet ça n’est pas illégal, on a le droit d’aller copier le CD de son voisin, c’est de la copie privée et c’est pareil quand on copie sur Internet !” Bullshit total. Copier le CD de son voisin est strictement interdit, ça n’a rien à voir avec de la copie privée. Si Aziz ouvrait un bouquin sur le droit d’auteur avant de raconter n’importe quoi à la télé, il découvrirait qu’il n’a en théorie même pas le droit d’écouter un disque que son voisin a acheté (la fameuse règle du cercle de la famille). Crédibilité anéantie en une phrase. Chapeau, le porte-parole. Comment compte-t’il défendre les 50 “boucs-émissaires” qui se sont fait chopper avec une telle méconnaissance du droit ?

– Soufron en rajoute une couche. “(Aziz), à télécharger comme ça il ne risque rien puisque ce qu’il fait c’est de la copie privée, donc il ne risque strictement rien, sauf si on essaye d’imposer l’idée que ça n’est pas de la copie privée, mais à ce moment là prêter des CDs à des amis c’est tout aussi illégal !” Ben oui. Bienvenue dans le Monde réel, JB. C’est bien beau de jouer les Candide à la téloche, mais en tant que juriste tu es un peu censé le savoir. Indignation de Nègre, bien compréhensible, moi aussi j’ai failli m’étouffer, et pourtant…

– Nègre recadre la notion de copie privée, il ajoute qu’on peut faire une copie pour son usage privé, que ça c’est autorisé, personne ne le lance sur le sujet des CD protègés qui empêchent l’utilisateur de jouir de ce droit à la copie, et explique que récupèrer un mp3 d’un type au Brésil qu’on ne connaît ni d’Eve ni d’Adam ça n’a un peu rien à voir avec la copie privée, les autres autour de la table font mine de ne pas voir la différence et sont ridicules. Nègre est clair, dans son droit, et marque des points. Bref, plus ça va plus l’émission tourne en sa faveur. Soufron dit qu’il faut arrèter de mettre les gens en prison alors qu’ils font quelque chose qui est complètement légal, on frise le délire complet. “Si on a le droit de s’échanger des CDs, on a le droit de les télécharger sur Internet”. Mais on a pas le droit de s’échanger des CDs, bon sang c’est quand même dingue qu’un type qui se dit juriste puisse raconter des conneries pareilles ! Je comprends que Nègre s’énerve, il est tombé sur encore plus menteur que lui. Soufron préconise un accord entre les FAI et les auteurs. Pourquoi pas ma foi. Mais il ne propose rien de concret, bref, c’est du vent.

– Levet dit que si une plateforme marche, les utilisateurs vont s’en servir et cite l’exemple d’iTMS. Oui, c’est bien beau iTMS, mais ça reste réservé aux utilisateurs de iTunes, et ça n’est pas du mp3 classique. Nègre parle de la campagne de pub que l’on peut voir actuellement sur le téléchargement légal et explique que leur priorité actuelle c’est d’informer. On sent qu’il s’énerve un peu et la vidéo se termine avant que quiconque puisse lui signaler que sa campagne de pub est complètement à la rue. Dommage que personne ne lui ait parlé de ce genre de petits détails.

Au final ? Nègre ne s’en est pas mal sorti. Soufron a été plus ridicule qu’autre chose. Pour l’image de l’association des Audionautes, c’est un peu un désastre. Et ça n’est pas avec ce genre de débat qu’on fera un peu avancer les choses concernant le prix des disques ou l’impossibilité d’utiliser la moindre plateforme de téléchargement légal sans Windows/MacOS. Bref, beaucoup de bruit pour rien, et une belle occasion anéantie en plein vol. Un beau gâchis.

6 Commentaires »

Commentaire de vono

30/1/2005 @ 12:46

Pas mal ton article!
De toute façon, dans ce genre d’émissions, les personnes interrogées sont triées. Tu ne penses tout de même pas, que dans un pays comme le notre, ils vont intérroger des personnes qui comprennent ce qu’il se passe. Et qui ont envie de le dire!
Le but n’est pas de faire un débat, dailleur les questions/réponses sont, je pense, préparées a l’avance. Et si une des personne a le malheure de dire quelque chose qui ne vas pas, c’est coupé au montage.
A la TV, les producteurs sont les amis des producteurs de musique/film. Ils se connaissent entre eux. Ils ne vont pas non plus se tirer dans les pattes.
Peut être Arte a fait ou présentera une émission sur le sujet?
Qui sera elle, j’espère plus “objective”…


Commentaire de Jean-Frédéric Carter

1/3/2005 @ 17:37

Bonjour,
Je souligne la qualité de l’analyse de votre article!
Je prépare un billet sur l’esprit démagogique des défenseurs du P2P, et je suis en train de travailler notamment sur un rappel des règles vraiment applicables et de la ligne jurisprudentielle actuelle.
Pour répondre à l’interrogation de Vono, la Cinquième a bien fait un autre débat, mais le résultat fut encore plus décevant pour ce qui est de la défense du P2P.
A bientôt et félicitations pour votre blog.


Commentaire de Louis Lumière

30/3/2005 @ 9:16

Mon reply ne s’adresse pas à l’auteur de cet article fort bien écrit mais plutot à M. Vono, dont les accusations de copinage entre producteurs de musique et de tv sont aussi ridicules que dépassées. je travaille moi-même sur cette émission, j’étais aux côtés du producteur pendant l’enregistrement, et croyez moi cher Vono son but n’est de servir la soupe à personne si ce n’est à lui et à son émission, cela en étant le plus précis et le plus instructif possible. Pour certains spécialistes le dossier a pu être considéré comme mal abordé par des journalistes qui n’en sont pas (des spécialistes, suivez un petit peu), mais l’intention n’est évidemment pas de contribuer à un complot audiovisuel visant à enrichir un peu plus les méchants grands patrons de majors.
A bon entendeur…


Commentaire de Pierre Delarue

15/10/2005 @ 16:09

Jean-Baptiste Soufron et Aziz n’avaient pas si tort que sa:
http://news.google.fr/url?sa=t&ct=fr/5-0&fp=4351d22fc12071bc&ei=HA1RQ7K4GLms6wGJ5YyrBQ&url=http%3A//permanent.nouvelobs.com/multimedia/20051012.OBS1911.html&cid=0

Il aurait fallu prendre plus de recul pour écrire votre article…


Commentaire de Pierre Delarue

15/10/2005 @ 16:10

Désolé, je repostes les liens correctes:
http://permanent.nouvelobs.com/multimedia/20051012.OBS1911.html
http://permanent.nouvelobs.com/multimedia/20051012.OBS1971.html

En effet, le lien google va bientôt expirer.

Merci


Commentaire de Kristos

31/5/2006 @ 10:36

Cette émission est de toutes façons nulle. On survole tous les problèmes et on rigole tout le temps avec la Miraben en extase ! Quel est le but des producteurs ? Occuper le temps d’antenne et aprés ….


Flux RSS des commentaires de ce post • Adresse de TrackBack

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>