Beverly Hills, that’s where I want to be

Dans la catégorie: Watching TV — kwyxz le 8/09/08 à 20:07

Il est des sujets tellement bouillants qu’aucun autre blogueur n’aura le courage de les aborder. Des sujets qui, rien qu’à leur évocation, provoquent l’effroi. Oui très chers concitoyens, je viens vous faire part de mes impressions après avoir regardé, de mon plein gré, sans nulle forme de torture ou de coercition, le season premiere de la nouvelle série 90210. Et je remercie Rivers Cuomo pour le titre, ô combien inspiré, de ce post.

C’est donc une nouvelle époque et une nouvelle famille de bouseux, cette fois-ci fraîchement débarquée du Kansas, qui arrive au paradis des petits branleurs et des petites pouffes liposucées et/ou anorexiques. Avec, une fois de plus, un frère et une soeur mais, histoire de varier, la fille est un émule de Skeletor et le frère est cette fois-ci adoptif et black : il fallait bien remplir les quotas, on manquait un peu d’immigrés dans la première série et de nos jours ça fait désordre. Ne vous inquiétez pas, il n’y a aucune autre minorité visible parmi les premiers rôles, l’honneur est préservé, les autres sont tous des bons WASP comme il faut. Les parents sont loin des vieux ringards qu’étaient Mr & Mrs Walsh, puisqu’il s’agit pour le papa de Rob Estes, las de jouer du flingue à Palm Beach ou de ruminer à Melrose Place son divorce virtuel d’avec Lisa Rinna, la femme qui a volé les lèvres de Lova Moore (celles du haut, tout du moins). La maman est, elle, interprétée par Lori Loughlin, oui, vous ne rêvez pas, la petite amie d’Oncle Jessie dans La Fête A La Maison. Si ce dernier n’était pas désormais interne aux Urgences, on prierait presque pour le voir venir faire un coucou chez les branleurs de Beverly Hills.

Bon, parlons un peu du show en lui-même : on navigue en permanence entre le pathétique et le grotesque, avec des acteurs complètement à côté de la plaque, un scénario indigent, et un greatest hits de tout ce qui peut se faire de plus cliché et stéréotypé. Alors évidemment Rob Estes joue le papa mais aussi le proviseur du lycée, donc sa principale problématique est “comment être un papa cool en étant un proviseur classe”, dure vie que celle de parent d’élève. Lori Loughlin gère sa nouvelle vie avec belle-maman, celle-ci étant peut-être le seul personnage à sauver de cette catastrophe ambulante grâce à ses quelques répliques fun (et elle est copine avec Sue Ellen, ça c’est quand même la classe). Pour le reste pas de surprise, les garçons sont des gros branleurs et les filles sont des pouffes, même la gogothe pas assumée qui a un blog mais surtout un surnom de pute parce que ça fait cool. Évidemment, les actrices supposées jouer les pouffes lycéennes en question ont toutes au minimum la vingtaine et pas une n’est grosse ou moche: on relèvera notamment la présence de AnnaLyne McCord, déjà célèbre pour son rôle de garce jailbait machiavélique dans la saison 5 de Nip/Tuck, qui du haut de ses 21 printemps interprète une jeune bratz de 16 ans (principal vocabulaire: “ohmahgawd”).

Évidemment un come-back ne serait pas un vrai come-back sans quelques personnages faisant leur grand retour : on retrouvera ainsi la blonde Kelly Taylor, interprétée par une Jennie Garth reliftée en pleine santé. Pour notre grand malheur, on comprend mal pourquoi Shannen Doherty a quitté son rôle de sorcière de Charmed tant elle a désormais le physique de l’emploi. C’est triste, elle est devenue affreuse, elle qui m’avait tant fait rêver dans l’épisode “Blindfold” de Hollywood Night, ah là là, à cette époque on savait vivre le samedi en deuxième partie de soirée. Mais je m’égare.

Pourquoi vous demanderez-vous, pourquoi donc vous faire subir un article sur une série pareille ? Eh bien parce que surfant sur la vague du “plus c’est hipster plus c’est cool” les producteurs ont essayé un peu de soigner leur soundtrack. On leur pardonnera donc la faute de goût Coldplay en ouverture puisqu’ensuite nous avons droit à MGMT, The Ting Tings (par deux fois), Jason Mraz, et carrément un guest live de Tilly and the Wall au Peach Pit, on ne se refuse rien.

Je vais donc rendre l’antenne avec la conclusion évidente que c’est de la merde, ce qui surprendra au moins tout le monde, que même regardé au second degré c’est quand même assez pénible contrairement à la saison 4 de Prison Break qui sera, elle, probablement la meilleure série comique de l’année, mais que je conserve l’espoir secret que Kathleen Robertson apparaisse, et rien que pour ça je regarderai en cachette la suite. Peut-être.

12 Commentaires »

Commentaire de Snoorky

8/9/2008 @ 20:52

> C’est triste, elle est devenue affreuse, elle qui m’avait tant fait rêver dans l’épisode “Blindfold” de Hollywood Night, ah là là, à cette époque on savait vivre le samedi en deuxième partie de soirée. Mais je m’égare.

Oh. J’avais oublié ces grands moments de découverte de mon adolescence. Merci de me “rafraichir” la mémoire.


Commentaire de Nora

9/9/2008 @ 0:14

on est bien d’accord, cette série va être une bouse intersidérale. et on est aussi d’accord sur le cas brenda. quand elle est apparue à l’écran, j’ai fait OMG (dans ma tête), suivi d’un arrêt sur image (un vrai j’veux dire, pas dans ma tête). pauvre brenda. exactement comme tu dis, elle est devenue affreuse.


Commentaire de Nora

9/9/2008 @ 0:16

et t’as remarqué comme ce sont uniquement les langues de putes qui ont des blogs dans les séries américaines ? gossip girl, maintenant beverly hills, veronica mars.. quand t’as un blog c’est que t’es une vraie bitch. pff.


Commentaire de Nora

9/9/2008 @ 0:17

(putain je devrais réfléchir avant de poster 150 fois; juste pour dire qu’y a aussi liz phair dans la bo, wouh)


Commentaire de Leo

9/9/2008 @ 4:05

> les autres sont tous des bons WASP comme il faut.

Faux. Ils ont un personnage dont le nom “Navid Shirazi” et qui est sensé etre originaire du moyen-orient si j’ai bien tout compris.

Cela dit, c’est vrai que c’etait bien bien naze…


Commentaire de Leo

9/9/2008 @ 4:07

(c’est le mec dont le pere est producteur de porno)


Commentaire de kwyxz

9/9/2008 @ 9:05

Nora: mais les blogs c’est pour les beyatch et les wankers, qu’on se le dise !

Léo: ah oui bien vu, je l’avais oublié lui. Il faut dire que l’acteur qui l’interprète est tout sauf originaire du Moyen-Orient, puisque si j’en crois IMDB, he is of Ecuadorian, Austrian and Norwegian descent.


Commentaire de bart

9/9/2008 @ 9:18

Rob Estes, las de jouer du flingue à Palm Beach ou de ruminer à Melrose Place son divorce virtuel d’avec Lisa Rinna, la femme qui a volé les lèvres de Lova Moore (celles du haut, tout du moins).

Je n’étais donc pas le seul à regarder ce genre de trucs… Bon, maintenant, qui fait son coming-out pour Santa Barbara ?

elle qui m’avait tant fait rêver dans l’épisode “Blindfold” de Hollywood Night, ah là là, à cette époque on savait vivre le samedi en deuxième partie de soirée.

Aaaaahh, le bon vieux temps d’Hollywood Night où je guettais le moindre bout de sein… Voir Shannen à moitié nue est l’un de mes souvenirs les plus marquants du baccalauréat.

En tout cas, merci pour cette chronique, je sais à quoi m’en tenir. Autant ne pas perdre son temps avec ce truc, même par nostalgie.


Commentaire de bart

9/9/2008 @ 19:03

Sinon, cette nouvelle série a déjà été remarquée par les ligues de vertu américaines. En particulier le Parent Television Council, qui a gueulé après une scène de fellation (?), et qui a obtenu je sais pas trop quoi de la part de la chaîne. En tout cas, Brent Bozell, le fondateur du PTC, a au moins eu un sujet pour sa dernière chronique.

Et puis, la série a également été remarquée par les sites de joueur à cause de la séquence pourrie où le héros joue aux jeux vidéo avec son copain.


Commentaire de Leo

10/9/2008 @ 3:39

> he is of Ecuadorian, Austrian and Norwegian descent

Oué c’est du basané ultra-light faut pas déconné non plus!


Commentaire de kwyxz

11/9/2008 @ 0:17

Bart: la scène de fellation est ultra-light, on ne voit rien du tout. Moi je pense que la demoiselle cherchait ses clés.

Par contre la scène de jeu vidéo est AN-THO-LO-GI-QUE, je l’avais oubliée, mais oui, c’est cultissime.


Commentaire de Christ

12/9/2008 @ 13:48

Le frère black est joué par Tristan Wilds, pour le découvrir faut plutôt regarder The Wire (Sur écoute). C’est pas – du tout – le même genre de rôle et c’est, à mon gout, une des meilleures séries de ces 10 dernières années.


Flux RSS des commentaires de ce post • Adresse de TrackBack

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>