Stratégie politique

Dans la catégorie: Pol fiction — kwyxz le 25/05/05 à 11:54

Un dernier post sur le référendum à venir le 29 mai. Lors des premiers sondages donnant le “Non” vainqueur, Chirac a semblé tomber des nues. Lui qui avait décidé de passer par la voie référendaire afin de semer le trouble au PS s’est subitement vu face à un nouveau revers personnel à essuyer.

Il n’était pourtant pas difficile de prévoir que le “Oui” aurait énormément de mal à convaincre, et ce pour plusieurs raisons, certaines justifiées, d’autres moins.

  1. Depuis plusieurs années (et surtout depuis Maastricht), les gouvernements successifs, qu’ils aient été de droite ou de gauche, ont assez régulièrement imputé à l’Union Européenne la mise en applications de lois ou de directives impopulaires auprès des électeurs, ou bien certaines politiques de rigueur budgétaire. « C’est pas de notre faute, c’est Bruxelles qui l’exige » était l’excuse utilisée fréquemment pour se dédouaner. Nul besoin d’avoir fait Bac+5 et l’ENA pour comprendre l’envie de certains électeurs de se libèrer du “joug des Eurocrates”.
  2. Dans énormément de domaines ayant trait à la santé publique (OGM, pesticides, pollution, … ) l’Union Européenne paraît bien clémente vis-à-vis des intérêts des industriels, et ce au détriment de ceux du simple citoyen. Ce constat ne se base peut-être sur rien, il est peut-être faux, toujours est-il qu’en ce qui me concerne, plus je m’intéresse à ce sujet plus j’ai franchement l’impression qu’on favorise les gros sous plutôt que ma santé. Et je ne pense pas être le seul.
  3. Qu’un Président de la République de droite nanti d’un Premier Ministre de droite qui battent tous deux des records d’impopularité, après 3 scrutins et d’autant de baffes électorales, se permettent de pratiquer la politique de l’autruche et de faire comme si de rien n’était ne pouvait qu’attiser la colère de certains parmi ces 82% des électeurs qui étaient en majorité, rappellons-le, portés à gauche.

Voir Chirac prendre tout d’abord un air surpris, stupéfait, puis laconique, résigné et désabusé face à une probable victoire du “Non” me pousse donc à m’interroger. Comment lui et ses conseillers, pourtant censés être des professionnels de l’analyse et de la stratégie politique, ont-ils fait pour ne pas savoir que le risque était énorme ? Sont-ils stupides ou juste complètement incompétents ?
Le plus triste, c’est que nous n’en aurons même pas la réponse le 29 mai au soir.
Votez Oui ou votez Non, mais votez bien.

10 Commentaires »

Commentaire de huge

25/5/2005 @ 12:11

Comment ? Simple. C’est les mêmes que pour la dissolution.


Commentaire de kwyxz

25/5/2005 @ 16:27

Ah non, je proteste, Villepin, le génie de la dissolution, il est à l’Intérieur maintenant :)


Commentaire de bart

25/5/2005 @ 17:51

N’oublions pas une autre raison : les traités d’Amsterdam et de Nice, ratifiés par le parlement (et non par voie référendaire) qu’on présentait comme la panacée avant d’en faire les boucs-émissaires de ce qui ne va pas dans l’Europe (surtout le traité de Nice).


Commentaire de neuro

26/5/2005 @ 15:14

Ca fait un moment que j’estime qu’ils ont table sur la strategie suivante:

1/ le non est en tete des sondages.
2/ debut de campagne pour le oui, agitation de l’epouvantail de l’anarchie et remontee du oui un mois avant le referendum (ce qu’il s’est actuellement passe) avec grand battage mediatique.
3/ retour timide du non dans les sondages pour un peu plus ancrer le oui dans les opinions. Pendant ce temps, diabolisation du non dans les esprits en faisant intervenir surtout des gens comme Le Pen, Villier ou Laguiller.
4/ retour du oui en force suite a ca dans les 15 derniers jours.

Comme ca les francais ont eu l’impression qu’il y avait un vrai debat, et pas qu’on leur bourrait le mou depuis le debut.

Pas de bol, on dirait que le 4 s’est chie dessus


Commentaire de Revjones

26/5/2005 @ 16:44

Se couper l’herbe sous les pieds en votant dans la seule optique de faire chier le gouvernement (cf. également les dernières présidentielles), c’est la réaction typique des gens à qui on laisse trop de liberté…


Commentaire de kwyxz

26/5/2005 @ 18:18

Revjones: faire chier le gouvernement et l’Élysée, c’est pourtant ce qui va pousser un paquet de gens à voter « Non ». Je ne suis pas d’accord pour les condamner comme tu le fais en disant qu’on leur a laissé trop de libertés. Leur réaction, c’est une forme d’impatience et d’énervement qui trouve là le moyen de s’exprimer. Je ne dis pas que je cautionne, attention, mais j’arrive à comprendre ce qui les anime, même si je ne partage pas cette motivation.
Si une victoire du « Non » fout la France dans une merde noire, il faudra surtout se poser des questions sur l’irresponsabilité de ceux qui, en premier lieu, ont eu l’idée de ce référendum. On pourra me répondre que c’était dans un souci démocratique, mais que je sache il y a un paquet de trucs qui sont décidés directement par le pouvoir (élu, lui, de façon démocratique) sans passer par la voie référendaire. Si autant de pays ont utilisé la voie parlementaire, ce n’est probablement pas un hasard… Pourquoi il n’y a pas eu de référendum sur les 35 heures ? Sur la loi Fillon ? Sur l’éviction ou non d’Hervé Gaymard ? Pourquoi ne ferait-on pas un référendum pour décider si oui ou non Jacques Chirac doit aller témoigner devant un juge ? Ça ne serait pas démocratique, ça ?


Commentaire de caravane

26/5/2005 @ 19:23

si le non l’emporte, c’est simple y aura plus de référendums
sur des questions aussi importantes mais sur la salade doit elle etre manger par avec du gruyère ou de la féta : voila mon avis…


Trackback de Kiss in the dark

26/5/2005 @ 20:01

Vote Wars

En politique, il faut savoir anticiper le scénario électoral des mois à l’avance. et imaginer l’ensemble des scénari alternatifs pour vraiment faire campagne. Le mieux étant évidement de pouvoir écrire soi-même la trame de la campa…


Commentaire de Revjones

26/5/2005 @ 20:30

Ah ça ne fonctionne donc pas exactement comme chez nous. Ici le peuple doit se prononcer d’office sur à peu près tout. Comme ça c’est clair :)
Nous somme dans une situation similaire avec la votation sur les accords de Shengen/Dublin (qui instaureraient entre autres une meilleure collaboration avec les autres polices européennes, pour une meilleure efficacité). La droite populiste (et bien sûr isolationniste) n’a rien trouvé de mieux comme arguments bidons l’explosion des frontières et donc un afflux de réfugiés (=autant de criminels, selon leur logique implacable) et les places de travail qui s’envoleraient fatalement, bref, les conneries habituelles.
Le pire c’est que ça marche.


Commentaire de TiTiX

27/5/2005 @ 11:37

Mais, mais … qui croit encore aux sondages en France !?!
Je crois qu’on cours vers une désillusion =/


Flux RSS des commentaires de ce post • Adresse de TrackBack

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>