51 pour sanction

Dans la catégorie: Humeur,Pol fiction — kwyxz le 18/03/05 à 9:07

Un nouveau sondage vient de créditer le “Non” de 51% des voix. Comme d’hab, les sondages racontent ce qu’ils veulent, mais au PS comme à l’UMP c’est la panique, et on essaye de rappeller aux électeurs que le référendum sur la Constitution Européenne n’a pas pour vocation de sanctionner le gouvernement. Ce qui me fait donc réagir sur deux points.
1) ledit gouvernement s’est déjà fait sanctionner à trois reprises. Trois claques dans la gueule, aux cantonales, régionales, et aux européennes. Il n’a rien changé à sa politique. Il ne faut pas s’étonner si certains sont un brin énervés et oublient un peu les objectifs du scrutin.
2) il semblerait malheureusement que pour eux, le vote “Non” soit uniquement l’expression d’une sanction vis-à-vis du gouvernement. Ça a l’air de complètement les dépasser qu’on puisse tout simplement ne pas vouloir du texte. Ils nous prennent vraiment pour des abrutis, c’est désespèrant.

10 Commentaires »

Commentaire de huge

18/3/2005 @ 9:53

Un autre point, on entend le “la politique du gouvernement, ça n’est pas l’Europe”

Pourtant, je me suis laissé dire que 50% des textes du Parlement national était la transposition de textes communautaires.

Et il ne faut pas raconter d’histoire : ce “traité établissant une constitution pour l’europe” n’est pas juste une “constitution”, il y a des vrais morceaux de choix politiques dedans.


Commentaire de kwyxz

18/3/2005 @ 9:55

Et Delors qui vient parler de “cataclysme politique”. Eh, Jacques, si tu t’étais pas déballonné en 1995 alors que tu étais un candidat idéal pour le PS, peut-être qu’en 2002 on en aurait évité un autre, de “cataclysme politique”.


Commentaire de Jé

18/3/2005 @ 10:05

C’est tout le problème du référendum : les gens peuvent être tentés de répondre à tout sauf à la question posée.

C’est dommage parce que le référendum reste malgré tout l’expression la plus directe, même si fortement encadrée, de la souveraineté populaire.

Les Français ne s’en rendent pas compte, mais ils vont avoir à exercer une grande responsabilité, à la fois vis-à-vis d’eux-mêmes, mais aussi vis-à-vis des autres peuples de l’Union. Pour pouvoir l’exercer sereinement et avec sagesse, il convient, me semble-t-il, qu’ils soient bien informés (façon de dire que tout est lié, et qu??on en revient toujours au post précédent).

Or malgré l’importance des ressources disponibles en ligne, je pense que le Gouvernement, l’opposition, et même la presse n’ont pas fait jusqu’ici suffisamment oeuvre de pédagogie pour impliquer les Français dans ce débat pourtant fondamental.

Au lieu de se contenter de pousser des cris d’orfraie (“oh mon dieu, le non est majoritaire, damned!”), de dire des conneries (rapport à la polémique d’Emmanuelli de la semaine dernière) ou de relayer jour après jour les fluctuations du oui et du non, il faudrait passer plus de temps à expliquer, et puis aussi bien sûr à argumenter et convaincre.

Sinon, autant le dire clairement : “ce référendum ne sert à rien, c’est juste pour la forme, de toute façon le oui l’emportera, sans débat”. Les esprits chagrins, dont je suis, diront que c??est une préfiguration de ce qui nous attend pour la Turquie dans 15 ans en somme.


Commentaire de bart

18/3/2005 @ 10:07

Ce qui m’amuse, c’est l’outrance verbale à laquelle se livrent les partisans du oui. Bon, ceux du non ne sont pas forcément plus mesurés ou honnêtes, mais dans le camp du oui on atteint des sommets : “cataclysme”, “catastrophe”, “régression”, “nouveau 21 avril”, et j’en passe, sans parler de la culpabilisation à outrance ou l’amalgame avec les inévitables De Villiers et Le Pen…

Va falloir qu’un jour ils comprennent que si les causes qu’ils défendent sont impopulaires, c’est aussi, un peu, de leur faute.


Commentaire de Jé

18/3/2005 @ 10:09

Huge > C’est même 80%.Mais avant d’être transposés, ces textes sont votés en Conseil (des Ministres), donc par les Etats. La Commission a seulement un pouvoir de proposition.


Commentaire de Jé

18/3/2005 @ 10:15

Bart > C’est une façon de dramatiser le débat pour justement intéresser les gens.

Les hommes et femmes politique savent très bien que lorsqu’il n’y a pas d’enjeux ou que ces enjeux ne sont pas suffisamment perçus par l’opinion celle-ci ne se déplace pas pour voter (cf. référendum sur le quinquennat, 1er tour des élections présidentielles de 2002, etc.).

Personnellement, je trouve ça littéralement guignolesque, puisque ça consiste à, comme l’a écrit kwyxz, nous prendre pour des abrutis. Enfin, ça c’est pas nouveau. Le pire, c’est que ça montre surtout combien le personnel politique de ce pays n’est pas capable de susciter l’intérêt en restant mesuré.


Commentaire de huge

18/3/2005 @ 16:39

Jé > 80% ? On la supprime quand l’Assemblée ? Parce que ça ne sert plus à rien une chambre d’enregistrement qui n’a que 20% de latitude …

Tu le sors d’où le chiffre de 80% ?


Commentaire de Irvin

18/3/2005 @ 19:52

Ne pas oublier Rocard: “Une France votant non n’a plus d’alliés en Europe”
En rajoutant ça à la sortie de Delors j’ai vraiment l’impression d’être pris pour un abruti.
Au passage, j’ai adoré le sondage sur http://www.lemonde.fr:

Qu??est-ce qui, actuellement, contribue le plus à faire monter le Non au référendum sur la Constitution européenne, selon vous ?
La question de l??adhésion de la Turquie
Le climat de grogne sociale
Le débat sur la directive Bolkestein
L??attitude du gouvernement
Sans opinion

Je cherche toujours l’option “Le texte de la constitution” …


Commentaire de kwyxz

18/3/2005 @ 20:08

J’aurais une idée de sondage à proposer à nos amis de l’Ifop, du CSA, etc.
Première question: pensez-vous voter “Oui” ou “Non” à la Constitution Européenne ?
Seconde question: avez vous lu le texte de la Constitution dans son intégralité ?
Question subsidiaire: combien de pages compte le texte de la Constitution ?


Commentaire de Jé

18/3/2005 @ 22:21

Huge > En fait, je tire ça d’une citation de Jacques Delors qui après la signature du traité de Maastricht, avait déclaré : “En 1998, plus de 80 % des textes nationaux seront d??origine communautaire “.
Toutefois, il semblerait qu’on n’ait pas atteint pareil niveau. Je n’ai hélas pas pu trouver le pourcentage actuel.

Quant à la suppression de l’Assemblée, elle n’est pas pour tout de suite, d’autant que le traité constitutionnel prévoit de renforcer les prérogatives des parlements nationaux dans l’Union.

(http://europa.eu.int/scadplus/constitution/subsidiarity_fr.htm, voir le paragraphe “L’application du principe de subsidiarité”)


Flux RSS des commentaires de ce post • Adresse de TrackBack

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>