Copy Controlled

Dans la catégorie: Humeur,Monte le son — kwyxz le 25/11/03 à 10:48

Hier je parlais de Pascal Nègre, aujourd’hui je vais éviter de trop m’y attarder sinon il est probable que je perde assez rapidement mon calme tellement ce type m’est insupportablement antipathique. Roi des hypocrites, seigneur des faux-culs, profiteur mégalomane d’un système dédié au fric dans lequel on chie royalement sur l’art et la création, abrutisseur des masses, ce type joue les saintes-nitouches à la télé, à la radio et dans les journaux mais n’est finalement qu’un vulgaire escroc de plus, l’affaire Pagny n’en est qu’une nouvelle preuve flagrante. Présomption d’innocence ? Où est la présomption d’innocence quand son lobby pousse des députés plus bêtes que méchants à voter un texte qui impose une taxe sur les CD vierges ? Où est la présomption d’innocence quand tout internaute devient un pirate notoire aux yeux des maisons de disque ?

Bon je voulais éviter de m’y attarder, mais c’est raté. Revenons à notre sujet, je voulais effectivement parler du Copy Controlled. Je ne me souviens plus si j’en ai déjà parlé ici-bas, toujours est-il que c’est un sujet qui me préoccupe un peu plus chaque jour et que je voudrais clarifier certaines choses.

Dans leur combat contre le piratage, Mr Nègre et ses amis ont adopté une série de positions toutes plus consternantes les unes que les autres. Je ne prétends pas détenir la solution miracle qui permettra aux ayant-droits de toucher une rétribution certaine pour chaque personne qui détient un disque, un fichier, une bande contenant leur musique. Le système inauguré par Apple semble prometteur.

Qu’on me laisse clarifier une chose : je ne suis pas pro-pirates. Quand je lis des interviews dans les journaux de bons pères de famille qui déclarent sans complexes ne plus acheter un seul CD depuis qu’ils ont Internet, j’ai envie de distribuer des baffes. Internet est-il devenu un média dont le seul but serait le vol ? L’appropriation du bien d’autrui ? Je ne le souhaite pas. Internet est une source de partage. Le principe des logiciels Peer To Peer utilisés par les pirates est justement ce partage. Cet échange de connaissances. Il serait hypocrite de ma part de déclarer n’avoir jamais utilisé un de ces logiciels pour récupèrer des fichiers audio, ou même vidéo. Mais c’est justement ce moyen qui m’a permis de connaître des artistes que je n’aurais jamais découverts, ou alors bien plus tard. Et quand j’aime le travail de ces artistes, j’achète systématiquement l’oeuvre originale. M’entendez-vous, monsieur Nègre ? Même avec un accès à Internet, il y a encore des gens qui achètent des oeuvres originales. M’entendez-vous, monsieur X ? Quand on aime une oeuvre, on l’achète.

Bien sûr, la remise en question n’est pas dans vos habitudes. Lorsque les consommateurs réclament une baisse de prix, les majors en choeur dénoncent la TVA. Elle a bon dos, la TVA, lorsque l’on voit que certaines enseignes bradent des albums à 8 euros lors d’opérations promotionnelles (albums qui étaient à 25 euros la semaine d’avant). Le grand public n’est plus dupe. C’est celà, qui a réellement changé avec Internet. Et c’est celà qui fait le plus peur à Pascal Nègre et ses acolytes.

Leur dernière trouvaille en date s’appelle le Copy Controlled. On pensait que ça ne durerait pas, force est de reconnaître que malheureusement ce système imbécile tend à se généraliser. Je suis, comme beaucoup, l’heureux propriétaire d’un baladeur mp3. Lorsque j’achète un album, c’est quasiment systématiquement dans l’optique de copier le contenu de ce disque sur le baladeur. Copy Controlled m’en empêche. Copy Controlled m’empêche de jouir d’un bien que j’ai légalement acheté. Par contre, Copy Controlled n’empêchera pas, et n’empêchera jamais, un disque d’être librement téléchargeable sur les réseaux P2P plus d’un mois avant sa sortie. Au final, je n’achète plus un seul disque Copy Controlled, et je suis très loin d’être le seul. Je ne le pirate pas non plus, celà-dit, l’usage d’un P2P depuis mon lieu de travail me semblant plus qu’inapproprié.

Je me demande une chose. Les responsables de maisons de disque se rendent-ils dans les magasins, de temps en temps ? J’entends de plus en plus de gens pester contre les disques Copy Controlled. Ne leur semble-t’il pas aberrant de perdre des ventes à cause d’un système sensé interdire le piratage, chose que ce système ne fait absolument pas ? Est-il normal que l’utilisateur honnête soit systématiquement le plus lèsé dans ce genre d’affaire ? Ces dirigeants qui brassent des millions sur le dos d’artistes (même si certains méritent à peine ce qualificatif, enfin bref) arrèteront-ils un jour de se voiler la face ? La connerie n’ayant pas de limite, si les ventes baissent encore l’an prochain, on peut malheureusement s’attendre à ce qu’Internet soit naturellement désigné et que les CDs Copy Controlled soient de plus en plus présents. Et que j’achète, ainsi que de nombreuses personnes, de moins en moins de disques, non pas à cause du haut débit, non. Mais juste parce que j’aime profiter d’une chose que j’achète.

1 Commentaire »

Commentaire de M. Rythm

19/8/2006 @ 12:26

Bonjour,

Que dire de plus après cet article fort pertinent. Cela fait dix ans que j’essaye de m’inscrire à la SACEM, alors qu’une de mes compositions y est déjà répertoriée (le texte n’étant pas de moi),hé bien souhaitez-moi bonne chance, si aucune de vos oeuvres n’est paru sur CD c’est un vrai parcours du combattant, quand bien même elle aurait été en rotation sur plusieurs radio et donnée plusieurs fois en concert, encore faut-il le prouver et ç’est cela le plus difficile. Aujourd’hui notre groupe est mort, paix à son âme.
Hé oui, dans le domaine musical, les pratiques des maisons de disques ne sont pas les seules à être pour le moins obscures (ou passées de ce côté).
Comme beaucoup d’autres créateurs, je fais comme vous, je télécharge de la musique. C’est essentiellement pour la découverte. Mes habitudes n’ont pas changé, avant d’acheter, j’ai besoin d’être sûr, je faisais pareil quand il y avait autre chose que les Virgin, Fnac et autres gros distributeurs qui ne permettent même pas dans des conditions décentes la pré-écoute?!
Ceci étant dit, on oublie trop souvent de préciser que les fichiers téléchargés sont d’une qualité généralement médiocre parce que trop compressés.
Quand on est mélomane, cela ne suffit pas.
Quand on est mélomane, on écoutera jamais les productions musicales d’Endémol, que seules des campagnes de publicité massives permettent de faire passer pour de la musique au yeux du grand public. Grand public est un grand mot, quand on voit le succés des compil à Cauet, j’en reste a me demander où est la place pour la création dans ce bas monde de la consommation conditionnée.
Quand on est mélomane, on veut de la musique, PAS DE L’IMITATION, pas de singeries grotesques de pseudo artistes qui jouissent de se donner en spectacle en se prenant pour des musiciens, ce qui ne me dérange pas jusqu’à un certain stade (ma copine adore prendre un faux micro et chanter sur la musique qu’elle aime, c’est mignon).
Quand on est mélomane, on a effectivement envie de transporter sa musique partout. J’ai personnellement plus de deux mille CD, sans parler des 33t et des K7. Si quelqu’un veut m’empêcher de les copier sur mon HDD 120 (c’est pas un Ipod, c’est mieux et moins cher) c’est lui le voleur, l’escroc, le bouilleur d’enfant. Du coup, je télécharge ce que je ne peux pas copier, J’AI LE DROIT.
Parce que je suis mélomane, ma consommation de musique à particulièrement baissée, pas parce que je peux télécharger, mais parce que la création, nerf de guerre d’une musique respectable, est bafouée, niée, tous les créateurs sont au RMI (si,si…).
Parce que je suis mélomane, je ne supporte pas les discours flagorneur pour la protection des artistes (menteurs, ils en on rien à faire au-delà de leur portefeuille d’actions) les vils paternalistes, fachistes, stupides, bornés, tels les Pascal Nègre et consorts qui se prennent tous pour des américains. Mais les américains violent les droits des consommateurs sans parler de ceux de ceux d’outre-Atlantique.
Faut-il rappeler qu’en France, la COPIE PRIVÉE EST PERMISE.
Parce que je suis mélomane, je veux le meilleur, J’ACHETE MES DISQUES quand ceux-ci méritent d’être considérés comme tels.
Parce que je suis mélomane, je sais que ces discours qui visent à diaboliser le peer2peer, sont les discours de vampires de la musique qui ont depuis quelques années perdu tout contact avec l’essence même de la musique, son aspect magique, idiosyncrasique, qui permet par les oreilles de visiter des mondes inexplorés.
Mais cela dépasse les besogneux faiseurs de fric, les spéculateurs, les OPAistes, alors ils viennent avec leur code civil, leurs nouvelles lois et leur connerie congénitale jusque dans nos maisons pour récupérer quelques euros de plus, sur les CDs vierges, grâce aux procés, il n’y a pas de petit profit.

Cordialement,


Flux RSS des commentaires de ce post • Adresse de TrackBack

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>