Da Vinci Con

Dans la catégorie: J'aime lire — kwyxz le 27/09/04 à 9:54

Après avoir fini le désormais célèbre Da Vinci Code de Dan Brown, je savais déjà une chose: je n’avais pas aimé ce livre. Le style utilisé m’en a vraiment rendu la lecture pénible: des chapitres de parfois deux pages seulement, un rythme haché, et une tentative de cliffhanger à chaque fin de chapitre soit environ 70 cliffhangers jusqu’au terme de l’oeuvre. Au bout d’un moment, c’est l’overdose. L’impression de lire un script de cinéma tellement la narration est pauvre. Les dialogues un tant soit peu structurés sont majoritairement composés de pseudo-cours magistraux, ce qui pourrait à la rigueur passer si seulement…

Si seulement ils n’étaient pas aussi truffés d’erreurs. Au début du livre, un avertissement prévient que « toutes les descriptions de monuments, d’oeuvres d’art, de documents et de rituels secrets sont avérées ». Voici donc notre lecteur convaincu que les cours qu’on lui assène sont autant de vérités historiques, sauf que manque de chance, il n’en est rien. Premier point qui permet de se rendre compte du manque de sérieux de l’auteur: le titre lui-même. Tout au long de son roman, Brown parle de Da Vinci, le célèbre peintre, inventeur génial, soi-disant membre d’une confrérie secrète… se rend-il compte de l’absurdité de cette dénomination ? Le nom de ce personnage était Leonardo. Dire Da Vinci pour parler de lui, c’est comme dire D’Arc pour parler de Jeanne ou De Nazareth pour parler de Jesus. Se planter sur le nom du personnage qui est l’origine même de l’intrigue, c’est déjà très fort.

Le Canard Enchaîné du 22/09 propose quelques-unes des contre-vérités, voire des mensonges éhontés trouvables dans Da Vinci Code : les deux étages imaginaires de Saint-Sulpice, le “Pont des Saints-Pères” introuvable dans Paris. Dix minutes de Google en donneront de nombreux autres exemples, notamment ce site que je vous invite à lire intégralement…

Si l’on ajoute à celà que le traducteur français lui-même s’est permis, et sans en informer le lecteur, de corriger quelques unes de ces erreurs tellement elles étaient grossières (les « polished stones » du Sacré-Coeur, il fallait oser) on se rend compte que l’on vient d’être victime d’une vaste imposture, et du plus beau coup marketing littéraire de ces dernières années: tous les jours, je croise au mois 3 ou 4 personnes avec ce bouquin sous le bras. La désinformation continue d’ailleurs avec Dan Brown qui s’en félicite même puisque si son livre contient des erreurs, il a selon lui au moins le mérite de lancer le débat. Y-avait-t’il réellement un débat à lancer sur le sujet ? Rien n’est moins sûr. Business is business.

5 Commentaires »

Commentaire de johan13

29/3/2006 @ 13:36

Depuis De Vinci (ou Da Vinci) n’est pas De Vinci !
Ouvre un livre d’histoire. D’accord on dit Vinci (la particule s’en va) ! Mais tu ne trouvera jamais “Leornardo a peint …”


Commentaire de kwyxz

29/3/2006 @ 14:22

Eh si, on trouve “Léonard”, ou “Léonard de Vinci”. Et si l’on lit parfois “De Vinci”, c’est tout simplement parce que l’auteur du bouquin… se plante.


Commentaire de Erik

31/3/2006 @ 15:44

Moi j’avais trouvé ça pas mal. C’est vrai que les chapitres sont courts mais pour le péquin de base qui ne lit que des magazines, ca rend l’exercice de lecture plus facile. D’où le succès (mais c’est vrai que le sujet polémique est aussi vendeur).

En fait, ce bouquin est à la littérature ce que Star Academy est à la musique : un exercice commercial dont la forme est plus vendeuse que le fond.


Commentaire de jardinière d'étoiles

11/4/2006 @ 19:09

Merci pour ce post. Je commençais à désespérer, à penser que personne ne s’apercevrait de la supercherie. En fait, si tu regardes bien, ce livre est vendu au rayon des romans policiers, pas au rayon théologie ou histoire. Ca donne une première indication sur la véracité et le sérieux des propos (sans parler des innombrabres erreurs…) Ce n’est qu’une fiction et un coup de pub. Au fait, tu as 100% raison pour Leonardo : vous, les petits malins, ouvrez donc un Petit Larousse et cherchez à ‘Vinci’ pour voir si vous trouvez quelque chose ! Ah, vous n’avez pas de dictionnaire ? Vous considérez que google en est un ? Oups, autant pour moi, je crois que je vais retourner à mes bouquins lourds et poussiéreux…

So long, guys
Jardinière d’étoiles


Commentaire de guelff

14/5/2006 @ 21:21

Comme je l’indique dans mon blog http://pierreguelff.skynetblogs.be et dans divers articles et un livre à paraître, il serait grand temps de s’interroger sur l’idéologie, que je qualifie de fascisante, développée par Dan Brown lorsqu’il évoque un “grand complot”. Idéologie chère aux nazis et qui fut fatale à des millions de juifs, francs-maçons, tziganes…


Flux RSS des commentaires de ce post • Adresse de TrackBack

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>