Parental Advisory: Explicit Shit

Dans la catégorie: Geekeries,Humeur,Monte le son — kwyxz le 1/09/06 à 18:06

Un membre du collectif StopDRM, intrigué par une campagne d’affichage chez Carrefour exposant les problèmes liés à cette infâme merde qu’est Copy Control, est allé interviewer le responsable du rayon CD du magasin.

Outre le fait que, selon ce brave homme, les CD protégés se vendent beaucoup moins bien que les CD normaux, fait qui me fait crever de rire au nez de ces gros cons d’EMI, il y a vers la fin de l’article un paragraphe extrêmement révélateur: « En tant que distributeur je vois surtout que je vends de moins en moins de CD. Là je vais réduire le rayon CD, ça ne sert à rien de garder tout ça. Et on a déjà réduit, il y a déjà moins de choix qu’avant. C’est un cercle vicieux d’ailleurs. Je pense que l’on va arrêter la distribution de CD en grande surface. (…) Si on ne vend plus de CD, ni de DVD, c’est à cause d’internet, du peer2peer, où tout est disponible gratuitement, vous avez les films disponibles avant même qu’il ne sorte en DVD. (sic) »

Le principal problème de la grande distribution, c’est qu’en collant un rayon disques entre les étalages de légumes et les paquets de lessive, elle ne s’adresse pas réellement à l’amateur de musique (contrairement à la Fnac ou Virgin) mais particulièrement au grand public. Pour toucher ledit grand public, on édite une musique consensuelle, formatée, hypermarketée qui ne prend pas de risques. On diffuse en boucle à la radio une soupe populaire musicalement et créativement pauvre histoire de ne surtout pas intéresser le quidam à des exercices musicaux plus complexes, et c’est bien normal: l’objectif est la rentabilité. Produire une merde, c’est quand même plus rentable. La grande distribution ne propose que très peu d’artistes indépendants, de petits labels, d’imports. La grande distribution ne vend que de la merde. Et la merde est massivement piratée: c’est même ce qui est le plus piraté. Normal, personne n’a envie de payer pour de la merde. CQFD.

6 Commentaires »

Commentaire de bart

1/9/2006 @ 22:16

Si on parle de “musique de supermarché” de manière extrêmement péjorative, ce n’est pas pour rien non plus.

J’ai du mal à croire que ces messieurs des supermarchés n’en sont pas un peu conscients…


Commentaire de hookie

2/9/2006 @ 5:18

parfois il m’arrive d’acheter ma musique en supermache . j’ai achete le dernier album de primal scream , un viel album de nico ( apres le velvet underground ) et des album indie pop comme grandaddy .
le magasin s’appelle espace culturele une enseigne de e. leclerc .
je trouve des choses rares mais pas tout ce que je veux decouvrir.
il y a heureusement un autre disquaire a proximité avec plus de choix mais entre 2 a 6 euros plus cher .
mais je n’ai pas tout ce que je voudrais non plus, puisque selon les vendeurs, il y a en rayon ce qui est sucptible de ce vendre.


Commentaire de Pomme

4/9/2006 @ 12:33

Bon, j’achète jamais mes disques à Carrouf ou Auchan, mais cette semaine j’ai fait exception : j’ai trouvé le dernier album de Katerine pas cher, autant en profiter (à 9.90 en promo, il sera au même prix partout).

Finalement, une bonne déconvenue puisque je suis tombé dans le piège de la maison d’édition : la promo est en fait une enculade -le disque est dans une pochette en carton, sans aucun artwork ni livret, se déchire et se gondole beaucoup trop facilement…- d’où le prix réduit. C’est pas la faute du commerçant cette fois, mais j’ai bien les boules. Quitte à rester avec de la merde, je pouvais garder mes MP3…

Si j’achète un CD, c’est pour l’objet, le travail de l’artiste, et tout ce qui va avec, pas pour avoir une galette. Bande de cons.


Commentaire de kwyxz

4/9/2006 @ 15:26

Attention, je n’ai pas dit qu’on ne trouvait *jamais* de bons groupes indés ou de bonne musique en supermarché non plus. Juste, et comme le déplore le responsable de rayon, que le choix est tout de même archi-limité et tend à l’être de plus en plus.

Les “Espaces Culturels” de E.Leclerc sont d’ailleurs plutôt bien foutus comme le soulignait Hookie, rien à voir avec un simple “Rayon CD” de Carrouf.


Commentaire de

8/9/2006 @ 15:31

Excellent billet sur le sujet !
J’ai une théorie complémentaire à celle-ci sur la diminution des ventes de CD.
Il faut ce replacer en 1989 lors de l’arrivée en masse du CD sur le marché. La plus part des gens (de la génération de mes parents par exemple) possédaient déjà une grande collection de disques vinyles. Nouvelle technologie et nouveau format oblige, toutes ces personnes ont dû racheter leur collection créant ainsi une inflation du CD. Inflation retombée lorsque la collection était complétée.
Il y a une autre chose qui me fait hurler de rire chez les Majors. C’est leurs campagnes de pub destinées à sensibiliser les ados sur la copie et le téléchargement. En fait ce spot publicitaire criminalise les jeunes et les traits de délinquants s’ils téléchargent sans payer. A un repas de famille, nous discutions justement de ce sujet lorsque ma nièce âgée de 13 ans se mêle à la conversation et me sort qu’elle ne comprend pas pourquoi elle peut regarder Britney Spears à la TV quand elle veut, l’écouter à la radio, dans les magasins, les salons de coiffure, etc. GRATUITEMENT! Alors que sur le PC de papa c’est interdit!? Je suis resté ébahi devant tant de lucidité! Elle venait de mettre le doigt sur une chose que je soupçonne depuis longtemps : le matraquage radiophonique tue tout respect pour une œuvre, elle n’a plus aucune valeur! Ce sont les Majors elles même qui ont creusé leur propre tombe en matraquant les gens avec leurs merdes.


Commentaire de hookie

9/9/2006 @ 4:09

ta theorie est marrante, mais j’ai du mal a voir le rapport entre britney spears et une oeuvre .
c’est surtout que ce ne sont pas des oeuvres et même pas de la musique populaire .
sinon il faut signaler qu’on edite une premiere fois les cd issu de vinyle avec un son moyen puis on fait une reedition remasterisée et parfois une troisieme .


Flux RSS des commentaires de ce post • Adresse de TrackBack

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>