7songs

Dans la catégorie: Geekeries,Monte le son — kwyxz le 9/06/08 à 13:41

Ayant été désigné par Nacara (bin oui) et parce que ce meme est peut-être l’un des seuls que je trouve un peu intéressant, voici donc mes Seven Songs.

List seven songs you are into right now. No matter what the genre, whether they have words, or even if they’re not any good, but they must be songs you’re really enjoying now, shaping your spring. Post these instructions in your blog along with your 7 songs. Then tag 7 other people to see what they’re listening to.

The Beta Band – Needles in my eyes

Un mélange de mélancolie sans pathos et de paroles teintées d’espoir qui prend aux tripes. Les oiseaux chantent, le soleil se lève sur une nouvelle journée et tous les drames de la nuit seront bientôt oubliés. Je connaissais l’album Hot Shots II de The Beta Band, mais ce morceau présent sur The Three EPs m’a chamboulé.

Ladytron – Destroy everything you touch José González – Teardrop

Puisque Naque a déjà cité Ladytron… La voix m’a tout de suite semblé familière, puisque José González est invité sur le dernier album de Zero 7. Une cover de Massive Attack superbe, sans fioriture, donnant à ces fantastiques paroles une seconde renaissance via un arrangement acoustique sobre et classieux.

The Rolling Stones – You can’t always get what you want Tender Forever – Heartbroken forever

Ute ayant déjà choisi les Stones… (décidément, c’est un complot !) Avec juste ce qu’il faut de retenue, l’une des meilleures breakup+recovery song que je connaisse, des sonorités acidulées, des paroles tristes mais pas désespérées en contrepoint. C’était même la meilleure jusqu’à ce que j’entende…

Damien Rice – Delicate

Écouter cette chanson, c’est comme fermer les yeux en pensant à l’être aimé qui n’est désormais plus là. C’est comme regarder par la fenêtre pour voir les arbres pleurer, en écoutant la pluie heurter les carreaux. Et lorsque le refrain s’élève, c’est comme un éclair qui vient de plein fouet frapper ce tableau romantique pour y mettre le feu.

Johnny Cash – Hurt

Cette cover de Nine Inch Nails par Johnny Cash est peut-être l’un des plus grandioses morceaux de toute sa carrière. La conviction de l’interprètation de Cash, le terrible sens des paroles et la puissance de l’arrangement de guitare donnent au titre une aura extraordinaire. Ce morceau me donne envie de pleurer à chaque fois que je l’écoute, et ça n’est pas pour rien.

Rage against the Machine – Calm like a bomb

Évidemment, à cause du concert du 4 juin, je réécoute pas mal ce genre de choses. Zach de la Rocha aurait déclaré que la musique de Rage n’a jamais été aussi actuelle. Et je suis pas loin d’être d’accord avec lui, les revendications des années 1990 ont toujours leur place, plus que jamais.

Tool – Eulogy

C’est sombre, c’est puissant, c’est juste jouissif. Lorsque les guitares se déchaînent, après une lente montée en puissance, une intro oppressante et sans concessions. Mon morceau préféré de Tool, à l’heure actuelle.

Et je refile le bébé à qui veut.

10 Commentaires »

Commentaire de Mnémo

9/6/2008 @ 21:07

Bon, suite au resto jap (parce que ça me turlupinait quand même) je confirme: José Gonzalez tu as surement du l’entendre aussi si tu as vu la pub sony avec les balles qui déferlent dans San Fransisco (?) ici
Une reprise de The Knife et aussi un super feeling…


Commentaire de kwyxz

10/6/2008 @ 0:46

Ha bordel je me souvenais plus DU TOUT de la musique de cette pub. Mais effectivement le morceau est sur l’un des albums. Merci !


Commentaire de batou

11/6/2008 @ 4:42

C’est pas aussi la version utilise pour le generique de House MD (du moins la derniere saison)?


Commentaire de kwyxz

11/6/2008 @ 9:11

Non, mais le morceau est dans un épisode.


Commentaire de bart

11/6/2008 @ 14:27

Bon, ben voilà 7 chansons qui “shapent my spring”, mais je vous préviens, je ne suis pas le gardien du bon goût : y’a du déchet là-dedans :

Disco Rick : “Nasty Dance”

Ricky Taylor, alias Disco Rick, a été dans les années 80, aux côtés de 2 Live Crew, l’un des pionniers du style “Miami Bass” (un genre de rap électro et rapide, presque entièrement axé sur la danse et le sexe). Certes, “Nasty Dance” n’est pas la chanson la plus sophistiquée qui soit, et le flow a très mal vieilli. Pourtant, c’est un morceau très dansant, et les gamins sont trop mignons (doivent avoir la trentaine, maintenant). C’était l’époque où le hip-hop donnait envie de danser.

The Dogs : “Your Mama’s On Crack Rock”

Toujours de la Miami Bass “chantée” par Disco Rick et son groupe The Dogs (rien à voir avec le groupe Punk français dont le chanteur est mort récemment). Mais cette fois-ci, ça vire un peu au glauque, avec cette histoire de petite fille qui se fait chambrer parce que sa mère est accro au crack. Pour info, cette histoire est inspirée de la mère d’un des membres du groupe, qui était réellement toxico. D’ailleurs, elle est morte peu après le tournage du clip, et le groupe a chanté cette chanson à son enterrement.

Patra : “Workerman”

La jamaïcaine “Queen” Patra a eu son heure de gloire au début des années 90 avec sa reprise de “Pull Up To The Bumper” de Grace Jones. C’était également l’un de mes grands fantasmes adolescents. Faut me comprendre, elle avait des yeux et une bouche magnifiques, sans parler de ses coups de rein quand elle danse. J’ai découvert ce morceau récemment et je l’écoute beaucoup, moins pour sa qualité (c’est de la soupe 90’s de base) que parce qu’il me rappelle mon adolescence.

Eddie Murphy : “Party All The Time”

Oui, il s’agit bien de l’acteur Eddie Murphy, qui dans les années 80 a profité de sa gloire naissante pour pousser la chansonnette. “Party All The Time” est son premier tube, qui a grimpé jusqu’à la deuxième place des charts en 1985, et qui est depuis considéré comme l’une des “50 pires chansons de tous les temps” par certains magazines.

Pas la peine de se voiler la face : c’est à chier. Eddie Murphy chante peut-être juste, mais cette chanson, c’est de la daube de base qu’on entendait au kilomètre dans les années 80. Pas désagréable à entendre, bien sûr, mais insipide. Y’a strictement rien pour la faire sortir du lot. En plus, quand on voit tous ces types grotesques s’extasier dans le clip sans aucune pudeur, comme si c’était la plus belle chanson qu’ils aient jamais entendue (le pire, c’est que c’est peut-être le cas !), on comprend mieux pourquoi avec un tel entourage Eddie Murphy a attrapé la grosse tête au point de s’écrouler dans la décennie qui a suivi… mais allez savoir pourquoi, j’apprécie cette chanson au point qu’elle me trotte sans arrêt dans la tête. J’y comprends rien.

Nat King Cole : “Pretend”

Une des chansons préférées de Nat King Cole, et l’une de ses plus connues. J’appréciais déjà la version plus rock & roll d’Alvin Stardust, et j’ai découvert tardivement celle-ci. Un régal. Nat King Cole chante toujours aussi bien et avec autant d’aisance.

Simon & Garfunkel : “Two Teenagers”

Cette chanson est tirée des premiers enregistrements de Paul Simon et Art Garfunkel, bien avant qu’ils ne deviennent célèbres. On était à la fin des années 50, ils étaient encore ados et ils enregistraient leurs premiers morceaux sous les pseudonymes de Jerry Landis et Artie Garr. C’était du rock & roll basique, très inspiré des Everly Brothers, qui faisait déjà apparaître leur talent de duettistes. “Two Teenagers” est une chansons très agréable, insouciante, qui comporte en plus des choeurs féminins.

Zaho : “C’est chelou”

Là, je décline toute responsabilité. C’est la faute de Kwyxz : c’est lui qui m’a fait découvrir la chanson.


Commentaire de bart

11/6/2008 @ 14:30

Mince, je me suis gouré dans les balises. J’ai mis du (italique) partout où je voulais mettre du (gras).


Commentaire de Raton-Laveur

11/6/2008 @ 21:27

Je peux choper le bébé ? Y’a cinq de mes chansons qui viennent de passer sur Nolife (repassez à minuit trente pour revoir Josaudio faire la promo de l’éditotaku), donc c’est tout cuit.


Commentaire de kwyxz

12/6/2008 @ 0:43

Bart: tu es un grand malade. J’adore.

Raton: mais je t’en prie !


Pingback de Seven songs : Redrag

20/6/2008 @ 12:19

[…] Kwyxz a lancé une patate chaude à qui voulait bien la rattraper, hop c’est parti. […]


Commentaire de bart

2/10/2008 @ 0:32

Bon, histoire de me rattraper et de montrer que parfois je peux avoir du goût, voici 7 chansons qui ont émerveillé mon week-end. Girl Group ruuuuules !

Simon & Garfunkel : Lone Teen Ranger.

Encore une chanson tirée des premiers enregistrements de Paul Simon et Art Garfunkel, à l’époque où ils enregistraient sous les pseudonymes de Jerry Landis et Artie Garr. L’histoire d’un mec dont la copine tombe amoureuse d’un personnage de série télé, le “cavalier solitaire ado”. Priceless.

Linda Scott : Where Are You Little Star

Linda Scott est l’une des milliers de filles qui ont été embinguées dans le mouvement Girl Group, cette pop adolescente sucrée, voire un peu niaise, typique du début des années 60. En fait, si un style de musique caractérise l’Amérique des années Kennedy, c’est celui-ci. Bref, Linda Scott avait 16 ans quand elle a sorti son premier tube I’ve Told Every Little Star, un classique du genre. Celui-là est un peu différent et plus planant.

Marcie Blane : Bobby’s Girl

Encore une ado a qui on a fait chanter des chansons Girl Group, mais celle-là avait une voix et une fraîcheur qui la distinguait des autres. Franchement, vous demandez à une fille de 16 ans ce qu’elle veut faire plus tard dans la vie, et elle vous répond : “je veux être la copine à Bobby”, c’est pas mignon, ça ?

Marcie Blane : What Does A Girl Do ?

On retrouve Marcie Blane, qui voulait être la copine à Bobby. Dans cette chanson, elle apprend à ses dépens que ce que veut Bobby, lui, c’est son cul, là, maintenant, tout de suite. Que faire ? Y’a pas à dire, que ce soient la voix, les arrangements ou la mélodie, je trouve cette chanson parfaite.

Marcie Blane : Little Miss Fool

Toujours Marcie Blane. S’est-elle fait décapsuler par Bobby ? On ne sait. Par contre, il est parti tremper le baigneur ailleurs, et ça la rend furax. Sa voix est toujours aussi jolie, et son interprétation toujours aussi fraîche.

The Chelmars : Confess et Jigsaw Puzzle

Encore un Girl Group, mais là, il s’agit d’un vrai groupe. Dans la première chanson, la chanteuse harcèle son mec pour qu’il lui dise qu’il l’aime. Dans la deuxième, elle compare sa relation amoureuse avec un puzzle qu’elle ne sait pas remettre à l’endroit. Dans les deux cas, sa voix est à chialer de bonheur, et elle est magnifiquement bien soutenue par les choeurs.


Flux RSS des commentaires de ce post • Adresse de TrackBack

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>