Le casse

Dans la catégorie: Écrits — kwyxz le 2/04/09 à 17:35

Il écrase sa cigarette sur le trottoir et prend une profonde inspiration.

Dans quinze secondes il enfilera sa cagoule et contournera son fourgon Volkswagen garé à quelques mètres de la banque. Dans trente secondes il lancera vers le sas d’entrée une grenade soigneusement attachée à un pain d’explosif par un rouleau de ruban adhésif. La déflagration défoncera les portes et devrait étourdir les clients ainsi que les préposés derrière les guichets. Dans une minute il sera à l’intérieur et si tout se passe comme prévu l’alarme silencieuse aura été déclenchée. Ses trois complices se chargeront de tenir en joue le personnel et de descendre le moindre importun qui tenterait de jouer au héros. Dans sa situation, il ne peut plus se permettre de faire des sentiments, c’est chacun pour sa peau et tant pis pour ceux qui resteront sur le bord de la route. Dans trois minutes il sera en train de descendre jusqu’à la salle des coffres où il aura environ deux autres minutes pour remplir au maximum son sac avec tout ce qu’il pourra trouver. Liquide, bijoux, bons au porteur, tout. Quelques instants après il remontera pour apprendre qu’un des clients a tenté de désarmer son complice le moins costaud mais la ramène beaucoup moins avec l’estomac farci de plomb. Dommage, mec. Alors que le complice en question commencera à sortir de la banque l’arme à la main, il entendra le mégaphone des flics qui seront arrivés beaucoup plus vite que prévu, la faute à pas de chance, le copain supposé provoquer un embouteillage s’étant fait pincer quelques heures plus tôt. Il verra son premier complice répliquer aux injonctions de la police par un échange de coups de feu et tomber, le crâne volant en éclats suite à l’impact d’une balle de 9mm. Il verra son second complice le regarder d’un air interrogateur, façon de lui demander “et maintenant ?”, “et maintenant bin t’en as de bonnes, on se tire, ducon”. Il prendra en otage un des clients de la banque et s’en servira comme bouclier jusqu’à parvenir au volant du fourgon et une fois celui-ci démarré constatera que le complice l’ayant rejoint sur le siège passager a une balle dans le ventre et ne parle déjà plus beaucoup. Il libèrera l’otage quelques mètres plus loin et alors qu’il roulera déjà à vive allure vers un premier barrage de flics, se tirera une balle dans la tête, se disant qu’au moins il aura essayé.

Bon. Maintenant il faut y aller, il commence à baisser la cagoule sur son visage quand une roquette passe à environ trois mètres de lui pour aller défoncer le sas d’entrée de la banque. Quelques secondes plus tard, un gang de quatre types cagoulés pénétre dans l’établissement et ils hurlent tout en tirant en l’air des rafales de leur armes automatiques.

Il regarde ses complices, retire sa cagoule, et se dit que finalement tout ceci peut bien attendre demain.

4 Commentaires »

Commentaire de LaBeniche

2/4/2009 @ 19:06

Mais, mais…
Mais c’est un blog ici, il faut mettre un test de maquillage ou des news du nouveau Blacberry. Un billet sponso ou un pamphlet anti Hadopi!
Ca change, je suis perdu.


Commentaire de Jocelyn

3/4/2009 @ 9:29

Ca me rappel un court métrage que j’avais vu il y a quelques années (me rappel plus le nom, c’etait dans court circuit sur arte) :

Un groupe de cambrioleurs est en train de se preparer a l’arrière d’une camionette devant une banque. Il se prennent un peu la tete sur leur plan, et se prennent grave la tete pour essayer de se synchroniser.
Et au moment où il sont enfin pret a sortir, un autre groupe de cambrioleurs attaque la banque :)
Pas du tout la meme ambiance (court metrage plutot humouristique) mais chute similaire.


Commentaire de kwyxz

3/4/2009 @ 11:18

Ha merde, j’ai pas du tout vu le court-métrage dont tu parles mais effectivement l’idée est exactement la même :(


Commentaire de Jocelyn

3/4/2009 @ 12:32

L’idée générale et la chute reste la même oui.
Mais l’approche et le ton sont totalement différent quand même.
Là où dans le court métrage on avait affaire quasiment dès le bébut à un groupe de “guignols”, le tout dans une atmosphère de plus en plus comique (ponctuée par la chute), dans ton récit t’as une approche beaucoup plus réaliste avec les doutes que pourrait avoir quelqu’un qui s’appretre a braquer une banque.
Bref, même si l’idée de départ est la même, on a à l’arrivée deux histoires complètement differentes.

Très bon récit tout de même :)

(Et si quelqu’un a vu le court métrage et se souvient du nom, voir même a une url, j’avais bien rigolé a l’époque et j’aimrai bien remettre la main dessus)


Flux RSS des commentaires de ce post • Adresse de TrackBack

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>